La lune

2
La lune

Jean d’Ormesson m’avait fait rire lorsqu’il avait lâché au micro, les yeux bleus pleins de malice : « Vous savez ! Un écrivain doit faire attention à tout ce qu’il écrit… mais il doit faire attention également à la façon dont il meurt… Par exemple, il est très mauvais de mourir en même temps qu’Edith Piaf… ! » Il évoquait bien sûr Jean Cocteau mort six heures seulement après son amie, la Môme…Elle lui avait pris un peu de lumière.
Et le voilà qui meurt, Jean d’Ormesson, juste avant Johnny Hallyday !
Qu’importe si l’habit de Scène de l’un nous fait préférer l’habit d’Académicien de l’autre, ou inversement ! Sauf que tant d’autres, missionnés ou élus pour ça, commencent souvent par diviser et exclure et ne réussissent jamais à rassembler les gens dans leur différence en aussi grand nombre. Et dans une période propice au repli sur soi comme envie, ou à la morosité comme horizon, pourquoi ça ne ferait pas du bien de se faire un peu de bien ?
Les chansons que l’on fredonne, les mots choisis de la langue française forgés à l’école du bon goût et de la justesse, l’air de rébellion ou de sursaut citoyen quand tout le monde s’endort…font du bien et comme par hasard, ils rassemblent.
Dans leur grande différence, Jean d’Ormesson et Johnny Hallyday, sont pour moi des hommes de l’Art : Artistes capables, au prix même de leurs erreurs et leurs tâtonnements, de nous réunir un moment de notre vie lorsque, facétieux, ils voulaient nous montrer la lune du doigt… Ne regardons pas le doigt !  Nous n’avons pas une minute à gaspiller. Profitons des proches et des amis encore avec nous. Célébrons vite les anonymes, les oubliés, les méconnus avant qu’ils ne nous laissent quelque part tristes et désemparés…

Photo : Otarie à fourrure antarctique-Géorgie du Sud © Samuel Blanc

 

  1. Que de différences mais aussi de connivences dans cette France qui célèbre deux figures emblématiques, un athlète de scène, et un athlète des mots. Elle n’est pas mal cette France là!

Poster un commentaire